René Koering

Compositeur

René Koering signe la composition musicale du Petit Théâtre du Bout du Monde

Les débuts musicaux de René Koering, de l’apprentissage à la création

René Koering est né à Andlau, en Alsace, en 1940, dans une famille de musiciens (sa mère joue du piano). Il apprend le piano vers l’âge de six ans et, plus tard, joue aussi de l’orgue à l’église. Il étudie ensuite au Conservatoire de Strasbourg, notamment le hautbois, ainsi que la théorie musicale et l’écriture. Il s’intéresse aux conceptions dodécaphoniques et sérielles d’Arnold Schönberg et commence à composer dans un style sériel. En 1957, il rencontre Pierre Boulez qui lui conseille d’assister au cours d’été de Darmstadt. Le jeune homme parachève alors son apprentissage musical auprès de Bruno Maderna et suit également les cours de Karlheinz Stockhausen, de Pierre Boulez et de György Ligeti. Il acquiert ainsi une connaissance et une expérience ouvertes à toutes les musiques de son temps. En 1962, à Berlin, l’éditeur Ahn und Simrock publie ses premières œuvres. Confronté à des problèmes matériels, René Koering donne ensuite des leçons, des conférences, effectue des travaux de copiste et enseigne l’acoustique à l’École des beaux-arts. En 1967, il obtient le Prix de la vocation de la Fondation Bleustein-Blanchet et le grand prix de la Fondation Maeght (avec Image de couloir, concerto pour violon). Les années 1967 à 1970 sont marquées par des expériences souvent sans lendemain dans le sens de la musique pop, sous l’influence notamment de peintres et de sculpteurs américains et français, et par l’installation du compositeur à Paris (1969).

Un compositeur au style musical expressionniste et expérimental

En 1972, René Koering rencontre Michel Butor, événement important qui marquera sa vie de musicien et plusieurs compositions dont l’Opéra Elseneur (1980). Après une ardente période sérielle à ses débuts de compositeur, René Koering se dirige vers un style expressionniste, sans occulter un certain sens du spectacle. Ainsi, dans la musique instrumentale, il développe une virtuosité manifeste, apte à mettre littéralement en scène ses interprètes.

René Koering mélange également les genres, n’hésitant pas, par exemple, à faire intervenir a musique techno. Ainsi Hier, aujourd’hui, demain (2000, révision en 2005) est une œuvre mêlant des boucles expérimentales techno-hardcore, élaborées par les DJ Manu le Malin et Torgull, à la partition symphonique.

Une reconnaissance de la part des institutions musicales

Le compositeur René Koering mène un parcours de responsable d’institutions musicales : producteur à France Musique (1974), il est ensuite nommé directeur de cette chaîne (1981-1985), puis directeur de la Musique à Radio France (2000-2005). Il est aussi directeur artistique du Midem (1982-1985) avant de créer, en 1985, le Festival de Radio France et de Montpellier Languedoc-Roussillon qu’il dirige jusqu’en 2011, tout en gérant l’orchestre et les deux opéras de la ville en tant que surintendant de la musique jusqu’à fin 2010.
Dans toutes ces fonctions, deux axes esthétiques le guident : la découverte de nouveaux interprètes (par exemple le ténor Roberto Alagna), et surtout, la révélation d’œuvres inconnues (partitions oubliées ou premières auditions). Il reçoit ainsi, pour son travail de redécouverte et de programmation d’œuvres disparues du répertoire, le Grand Prix Antoine Livio de la Presse musicale internationale en septembre 2002.
René Koering a reçu le Grand Prix de musique symphonique de la Sacem ainsi que le Grand Prix Musique de la SACD (1990). Il est aussi chevalier de la Légion d’honneur, chevalier dans l’Ordre national du Mérite et commandeur dans l’Ordre des Arts et des Lettres.
Découvrez le travail de René Koening sur la musique du Petit Théâtre du Bout du Monde Opus 2…

Découvrez les autres membres de l'équipe

Ezequiel Garcia Romeu

En savoir +

Laurent Caillon

En savoir +

René Koering

En savoir +

Thierry Hett

En savoir +